top of page
  • Photo du rédacteurAdèle Aribaud

Du plaisir de l’exhibition, les bagues volumineuses (partie 1)

Les bagues volumineuses véhiculent et affirment des symboles forts. On les reçoit souvent en cadeau ou en récompense. Ainsi, une phalange lourdement parée donne-t-elle des informations diverses, atteste d’une allégeance, scelle des engagements (amoureux, religieux ou politiques), acte un pouvoir temporel ou une autorité spirituelle. Provocantes au temps de la Prohibition (1919), les bagues cocktail d'un volume théâtral, apparaissent aux doigts des américaines ; on les porte dans les bars clandestins. Aujourd’hui, sauf dans le cas de cérémonies officielles et circonstances exceptionnelles, les bagues de gros calibre ne sont plus forcément des "insignes". Mais larges anneaux et chatons surdimensionnés constituent un champ d’expression singulier, inspirant les créateurs et séduisant une clientèle unisexe.

A contrario des bagues classiques, les bagues volumineuses font souvent fusionner leurs trois éléments constitutifs, habituellement très différenciés, l’anneau, le chaton et l’épaulement. Si bien qu’il est parfois difficile de les délimiter avec précision. Les bagues "volumineuses", massives, arborent un anneau large, un imposant chaton et des flancs bien visibles. La virtuosité consiste à gommer ces différents compartiments par un décor savamment homogène.


Être vue : tel est l’objectif de la bague de gros calibre. Sa forme déployée vers le haut est très propice aux effets visuels, jeux de formes, de volumes, de couleur, et offre aux joaillers une surface d’expression de premier choix.

Ainsi, des mouvements torsadés, des motifs de damiers, de tressages ou encore de toupies naissent dès l’anneau et culminent au sommet de la bague. Bombées ou pyramidales, les pierres dominantes peuvent jouer un rôle esthétique majeur, favorisant d’habiles mélanges de pierres, parfois serties en abondance. Des pierres translucides, diaphanes ou réputées pour leurs reflets (opales ou saphirs étoilés…), enchâssées dans la monture, y excellent. Le bijou sculptural ainsi porté enrichit la main d’une perspective tridimensionnelle, une situation plastique privilégiée que seuls quelques bracelets imposants créent aussi.


Bien qu’ostentatoire par nature, la bague cocktail a souvent été conçue à partir de matériaux plus courants, comme le cristal. C’est le cas des bagues cabochon de René Lalique, copiées à grande échelle à la suite de leur succès. Sur le marché de l’art, deux modèles arrondis, très sixties, de l’américain David Webb (1925-2975) viennent de s’être bien vendues chez Sotheby’s. Il y a une quinzaine d’années, une bague cocktail Bulgari a battu un record d’enchères. Le prix de cette bague en forme de boule, sertie d’un rubis birman incroyablement rare (8,62 carats, sans inclusion et non traité), a dépassé les 3,5 millions de dollars. Enfin plus récemment, le joaillier parisien Cartier a créé une collection entière dédiée aux cactus, des plantes tropicales qui ont inspiré des bagues dômes des plus majestueuses.


Eléments statutaires du pouvoir, les bagues volumineuses ont longtemps été l’apanage des hommes. Il y a un peu plus d’un siècle, ces derniers ont finalement subi le grand deuil masculin par la disparition des bijoux dans le goût vestimentaire masculin. Depuis, leur choix de bijoux et de bagues en particulier, s’est vu grandement limité par les codes sociaux et convenances : on ne leur accorde plus que l’alliance et de grosses bagues type chevalière. La mixité caractérise donc cette famille de bagues, tout en ménageant encore, les styles masculin et féminin. Quelques figures masculines pourtant osent défier ces codes en portant des bagues volumineuses comme accessoire de mode. Le succès de l'exposition de la collection de bagues d'Yves Gastou à l’École des Arts Joailliers de Paris, en 2018, en témoigne.

 

Aucremanne G. et Joannis C. Bijoux masculins : signes et insignes. Conférence du 13/02/2020 à l'Ecole des Arts Joailliers, Paris.


Scarisbrick, D. (1993). Les bagues, symboles de richesse, de pouvoir et d’amour. Paris, France, Edition Celiv.

Aucremanne G. et Joannis C. Bijoux masculins : signes et insignes. Conférence du 13/02/2020 à l'Ecole des Arts Joailliers, Paris.


Scarisbrick, D. (1993). Les bagues, symboles de richesse, de pouvoir et d’amour. Paris, France, Edition Celiv.

  • Instagram - Gris Cercle
bottom of page